Communiqués
image_pdfimage_print

Depuis 2007, entrée au pouvoir du Président Rafael Correa, l’Equateur a pris d’importantes initiatives pour contrer l’emprise de la finance internationale et des entreprises multinationales. Le pays a notamment procédé à un audit international de sa dette extérieure qui lui a permis de la réduire considérablement. Actuellement, ce gouvernement et ce peuple mènent un combat important contre les abus des multinationales.

Le point de départ est la lutte des communautés amazoniennes (UDAPT) contre la compagnie Chevron-Texaco, en 1993, qui se sont organisés et ont porté plainte contre la multinationale pour préjudices subis et dégâts environnementaux. Malgré trois condamnations devant différentes cours équatoriennes, Chevron refuse de payer l’amende de 9,5 milliards de dollars. Alors qu’elle a fait appel à 8 entreprises de lobby, qu’elle a engagé 2 000 avocats pour assurer sa défense, et a dépensé chaque année des millions de dollars dans une campagne de diffamation médiatique dans le but de nuire aux intérêts commerciaux du gouvernement équatorien, la multinationale refuse d’indemniser les victimes et de se conformer au jugement. Elle les empêche ainsi de reconstruire leur vie, de faire le deuil de leurs proches qui meurent à petit feu depuis 20 ans  et elle bloque toute possibilité d’assainissement de la zone.

Le géant Chevron Texaco poursuit alors le gouvernement Equatorien en justice. L’histoire peu scrupuleuse de l’entreprise au chiffre d’affaire 2 fois supérieur au PIB de l’Equateur, nous fait craindre que l’entreprise ne soit prête à tout pour que ce cas ne fasse pas jurisprudence. L’Equateur a depuis plusieurs années reconnu sa part de responsabilité dans la catastrophe, pour cause de mauvaises décisions et de complicités des gouvernements précédents. Chevron porte à présent plainte contre l’Etat équatorien auprès de la Cour Permanente d’Arbitrage de La Haye et lance une campagne internationale de discrédit du processus de Révolution Citoyenne entamé par l’Equateur.

Pour faire face à l’appétit dévastateur des multinationales, l’Equateur porte aujourd’hui à la communauté internationale une proposition alternative.

1/ La proposition faite à l’ONU d’adopter un nouveau traité contre l’impunité des entreprises multinationales. Cette initiative a déjà reçu l’appui de 84 pays.

2/ La création d’un observatoire des multinationales, comme alternative aux Cours d’arbitrage privées qui trop fréquemment donnent raison aux multinationales.

VEGA félicite la lutte entamée contre Chevron Texaco, réitère tout son soutien aux personnes et communautés affectées et au gouvernement équatorien dans cette bataille.

VEGA interpelle les autorités belges et européennes pour qu’elles fassent appliquer la décision de la justice équatorienne contre Chevron en faveur des populations affectées. 

VEGA salue l’initiative du gouvernement équatorien de proposer un nouveau Traité pour contrer l’impunité des multinationales et de mettre en place un observatoire des multinationales, et demande aux autorités belges et européennes d’appuyer ces importantes initiatives.

VEGA profite de cette journée, 21 mai, pour se joindre au Comité belge de Solidarité avec l’Equateur face à Chevron-Texaco dans le cadre de la Journée internationale Anti-Chevron Texaco, relayée dans le monde entier par différents collectifs de solidarité.