Communiqués
image_pdfimage_print

VEGA exige la libération immédiate de ses militants et de tous les manifestants arbitrairement arrêtés ce matin à Bruxelles. Plus globalement, VEGA condamne une nouvelle fois la criminalisation et la répression de plus en plus violentes dont sont victimes les mouvements sociaux et les citoyens.

Plusieurs centaines de citoyens se sont réunis ce jeudi matin Place Poelaert, à Bruxelles, à l’invitation de l’Alliance D19-20 (qui rassemble des agriculteurs, des travailleurs, des chômeurs, des artistes…) pour manifester leur opposition aux dérives néolibérales de l’Europe et au projet de Grand Marché transatlantique (TTIP). La manifestation «Encerclons l’European Business Summit – Protégeons la démocratie !» se tenait au moment ou se réunissait, au Palais d’Egmont, l’European Business Summit.

Environ 200 personnes participant à ce rassemblement pacifique ont été arrêtées et malmenées par la police. Parmi ces personnes, plusieurs membres de VEGA. A cette heure, nous ne disposons pas d’informations recoupées mais selon plusieurs témoignages, les arrestations ont été émaillées de violences policières inacceptables.

Une délégation de manifestants est partie demander au Bourgmestre, Yvan Mayeur (PS), la libération des personnes arrêtées. Une autre délégation se rendra au commissariat de police de la Ville de Bruxelles.

Le Mouvement VEGA rappelle aux autorités, et plus particulièrement au commissaire de police bruxellois Vandersmissen, coutumier des méthodes brutales et expéditives, l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : «Toute personne a […] la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé.» La restriction arbitraire de ce droit démocratique de manifester est inadmissible.

Les militants de VEGA ne sont pas des casseurs, pas plus que les manifestants réunis à Bruxelles ce matin. Ils portent un message politique: l’opposition aux politiques d’austérité et au projet de Grand Marché Transatlantique, qui représentent des menaces sans précédent pour nos conquêtes sociales, pour l’ensemble de nos droits sociaux, économiques, démocratiques et environnementaux, et pour toute volonté de les renforcer et les développer.

VEGA exige la libération immédiate de tous les manifestants arrêtés. Plus globalement, VEGA condamne une nouvelle fois la criminalisation et à la répression de plus en plus violentes dont sont victimes les mouvements sociaux et les citoyens.