Communiqués
image_pdfimage_print

Ce samedi 22 mars, des milliers de marcheurs venus de toute l’Espagne vont déferler sur Madrid afin de dénoncer le non-respect de leurs droits et les politiques d’austérité menées en Espagne depuis 2010. Ce sont les marches de la dignité composées de toutes les personnes les plus affectées par la crise: les chômeurs, les précaires et les exclus du système qui réclament l’amélioration de leurs conditions de travail, de vie, le non-paiement de la dette illégitime mais aussi l’arrêt des politiques d’austérité imposées par la Troika (BCE, Commission Européenne, FMI).

Depuis 2010, trois grèves générales , plusieurs marées citoyennes et des manifestations quasi quotidiennes ont été organisées en Espagne sans que les gouvernement de José Luis Zapatero puis de Mariano Rajoy ne daignent réagir et décident de changer de cap. Pourtant, la situation du pays est chaque jour plus critique. Depuis 2011, le chômage et le nombre de personnes en-dessous du seuil de pauvreté n’ont cessé d’augmenter à cause des politiques d’austérité, de flexibilisation du marché du travail et de privatisation des entreprises publiques. Les chiffres actuels sont alarmants: plus de 3 millions de personnes vivent avec moins de 307 euros par mois et plus de 26,03 % de la population est sans emploi. Chaque jour, des droits fondamentaux sont également violés comme le droit au logement ou le droit à l’eau pour seul motif économique.

Le Mouvement Vega s’associe au peuple espagnol pour dénoncer les politiques socio-économiques mises en oeuvre par le gouvernement Zapatero puis Rajoy depuis 2010.

Il appelle également à soutenir l’initiative espagnole en manifestant conjointement avec la Marea Granate composée des exilés économiques espagnols demain à 12h30 à la Place d’Espagne de Bruxelles.

marea granate