image_pdfimage_print

Le 13 décembre dernier, le réseau écosocialiste européen dont est membre le Mouvement VEGA se réunissait pour la quatrième fois de l’année dans les locaux d’ICV (Iniciativa per Catalunya Verds) à Barcelone.

Lors de cette réunion, les organisations politiques présentes ont réaffirmé la nécessité de l’union des forces écosocialistes en Europe pour coopérer et mener des actions communes. C’est dans cette perspective que le réseau écosocialiste européen a affirmé son soutien aux luttes en cours contre le TTIP et s’est engagé à prendre part à la prochaine journée d’action décentralisée au printemps 2015.

Déclaration de soutien du REE à la mobilisation européenne du printemps 2015

Lors de sa quatrième rencontre de l’année, le Réseau écosocialiste européen (REE), réuni à Barcelone, s’est engagé à participer aux actions contre le TTIP.

La journée de mobilisation du 11 octobre contre le CETA, le TTIP, le TISA et les autres ALE s’est avérée très efficace pour faire pression sur la Commission européenne. Derrière ces sigles se cache une volonté de déréglementation visant à imposer le néolibéralisme à l’échelle mondiale.

Nous devons renouveler ces journées d’action jusqu’à obtenir l’arrêt total des négociations sur le TTIP et le retrait du projet.

L’automne 2015 constituera un moment charnière : l’UE entamera un nouveau cycle de négociations et il est prévu que le CETA entre dans sa phase de ratification. Le Parlement européen devrait également voter une résolution afin de prendre position sur le TTIP au cours de la deuxième semaine de mai, lorsque les pourparlers entre la Commission européenne et les représentants des Etats-Unis reprendront.

Le REE s’engage à prendre part à la prochaine journée d’action décentralisée au printemps 2015 et à la soutenir.
Nous sommes solidaires de toutes les entités locales se déclarant « hors TAFTA » et défendant le droit du peuple à se prononcer sur ces traités par la voie de référendums, partout où la loi le permet. Nous entendons promouvoir une campagne d’information visant à montrer dans quelle mesure les politiques de commerce et d’investissement de l’UE constituent une atteinte à la souveraineté populaire et affectent les politiques locales en matière de services publics, de marchés publics, de fiscalité, etc. Le TTIP et le CETA représentent une grave menace à l’encontre du droit à la réglementation et des principes démocratiques.

Le Réseau écosocialiste européen (REE)
Contact : secretariatEEAN@gmail.com

Aussi, le réseau écosocialiste européen a décidé de se mobiliser pour la préparation du sommet international sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre 2015. Les organisations du réseau écosocialiste européen présentes ont tous fait part de leur volonté de participer aux actions collectives durant le sommet et d’organiser une réunion publique dans le cadre de sa campagne “Green Energy For All”. Cette dernière s’articule autour des priorités suivantes: répondre à l’urgence sociale et garantir le droit à l’énergie; s’opposer aux lobbies d’entreprises et taxer les profits excessifs; se concentrer sur les économies d’énergie, sur une stratégie de sortie du nucléaire, de l’offshore et de tous les projets de forage non conventionnel, ainsi que sur le refus des fausses solutions au réchauffement climatique comme le marché du carbone; restaurer la souveraineté démocratique en créant des “conseils citoyens de l’énergie” qui réunirait le mouvement syndical, les représentants politiques et les citoyens.

Paris Climat 2015 : pour la justice sociale et environnementale, reprenons le pouvoir !

Après l’échec du sommet de Lima sur le climat, le Réseau écosocialiste européen s’est engagé à apporter tout son soutien au projet du mouvement pour la justice climatique.

Nous unirons nos forces dans le cadre d’une vaste mobilisation internationale au sommet alternatif de décembre 2015, avec deux objectifs : promouvoir un accord post-Kyoto juste, équitable et contraignant qui reconnaisse la dette climatique, mais aussi renforcer le mouvement environnemental et social en vue des prochains combats pour la justice climatique, qui se poursuivront bien après le sommet de Paris.

Le Réseau écosocialiste européen a donc unanimement accepté de participer aux divers ateliers, réunions et manifestations qui seront organisés pendant la conférence Cop21, à Paris. Il a également exprimé la volonté d’organiser une réunion publique sur sa campagne « Green energy for all » autour de cinq grandes priorités : répondre à l’urgence sociale et garantir le droit à l’énergie ; s’opposer aux lobbies d’entreprises et taxer les profits excessifs ; se concentrer sur les économies d’énergie, sur une stratégie de sortie du nucléaire, de l’offshore et de tous les projets de forage non conventionnel, ainsi que sur le refus des fausses solutions telles que le commerce du carbone ; défendre le bien public et le contrôle démocratique ; et enfin créer des emplois soutenables et de qualité en lien avec la protection du climat.

Comme Naomi Klein, qui exprime son point de vue dans son ouvrage This changes everything, nous sommes convaincus que les plans d’austérité, l’urgence sociale et le climat sont des problématiques interdépendantes. Notre but écosocialiste est de les mettre en relation afin de produire une vision systémique.

Après Paris, Bruxelles, Londres et maintenant Barcelone, la prochaine réunion aura lieu en Roumanie dans le courant de l’année 2015.