image_pdfimage_print

Élu de la Coopérative politique VEGA, François Schreuer, avait déposé au conseil communal de Liège une motion anti-nucléaire qui devait être adoptée ce lundi 22 février.

Après plusieurs municipalités proches (Aix-la-Chapelle, Maastricht…) et alors même que des gouvernements de pays voisins ont publiquement exprimé leur inquiétude, la Ville de Liège allait-elle devenir, lundi soir, la première grande ville belge à prendre position pour la sortie du nucléaire et contre le redémarrage des vieux réacteurs fissurés ?… Il n’en a rien été : la motion initiale a été vidée de l’essentiel de son contenu par le PS et le CDH, le MR a proposé une troisième motion, et la décision sur le vote d’une motion a finalement été reportée d’un mois.
Le 10 juin dernier, VEGA manifestait devant l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) pour demander la démission de son directeur, M. Jan BENS, dont le manque de recul et d’impartialité à l’égard du lobby nucléaire étaient devenus (et sont toujours) patents.
Il y a quelques jours, VEGA dénonçait des collusions entre le cabinet de la ministre fédérale de l’Energie, Mme Marie-Christine MARGHEM, des acteurs  industriels dont les intérêts sont liés au nucléaire et des experts scientifiques ou contrôleurs dont l’indépendance n’est pas garantie du fait de liens avec le premier et/ou les seconds.  (Lire ICI).
VEGA a également soutenu la requête déposée en urgence au Tribunal de première instance de Bruxelles par l’association “Nucléaire Stop Kernenergie”, en vue d’obtenir l’arrêt des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2.
Le Mouvement VEGA prendra part, le 17 avril, à la manifestation anti-nucléaire organisée à Liège.
Tunnels fissurés hors-service à Bruxelles, réacteurs fissurés remis en service à Tihange et à Doel ?
Sucer une pilule d’iode gouvernementale ne protégera personne d’un accident. Il faut d’urgence sortir du nucléaire. Les déchets nucléaires constituent une dette cachée colossale. Le démantèlement des réacteurs et leur surveillance – des décennies durant – créeront des emplois au lieu d’en supprimer. De même que les investissements publics massifs à opérer en faveur des énergies renouvelables.
Pour aller plus loin :
Lettre ouverte de Paul LANNOYE, ancien député européen, à la Commission européenne (17 février 2016).
– Nucléaire : l’analyse du Mouvement VEGA.