Communiqués
image_pdfimage_print

Des collectifs de réfugiés, de demandeurs d’asile et de sans-papiers, d’Allemagne, de France, de Hollande et d’Italie ont mis sur pieds une caravane européenne, pour revendiquer l’égalité, la dignité et la justice sociale.  Cette caravane arrive à Bruxelles le 20 juin 2014 et restera jusqu’au 28, en marge du Sommet des chefs d’Etat européens qui débattront à ce moment le futur des politiques migratoires. Concrètement, ce sont des centaines de réfugiés, migrants et sans-papiers venus des quatre coins de l’Europe qui se retrouveront à Bruxelles pour une semaine d’action, de manifestations et de discussions.

A l’heure où les politiques migratoires décidées à Bruxelles, et mises en œuvre par les pays européens, sur la base du rejet de l’autre, de l’angoisse sécuritaire et du repli sur soi, coûtent chaque année la vie à des milliers de migrants, au large des côtes méditerranéennes,  fuyant la misère, la guerre, la corruption et l’arbitraire…

A l’heure où ces politiques plongent des centaines de milliers de femmes, d’enfants et d’hommes, qui cherchaient juste une vie meilleure et la protection de l’Etat, dans des situations de clandestinité, de marginalisation, de surexploitation par le travail au noir et les marchands de sommeil, de privation des droits les plus élémentaires, dont les droits citoyens…

A l’heure où les Etats, dont la Belgique, cornaqués par des partis d’extrême-droite et populistes pour qui la haine et le racisme sont le fonds de commerce, durcissent encore leur politique migratoire, pourchassent, enferment et expulsent à tours de bras des personnes qui n’ont commis aucune délit…

Il nous semble important, à VEGA, de soutenir la courageuse prise de parole citoyenne de migrants qui refusent d’être traités comme des parias et des criminels. Il nous semble important d’être à leurs côtés, et de rappeler haut et fort que nos destinées, nos droits, passent par les leurs.

Un nouveau gouvernement est en cours de formation dans notre pays… Quelle sera sa future politique migratoire ? S’inspirera-t-elle des conventions internationales des droits humains dont notre pays est signataire, s’inspirera-t-elle d’une vision ouverte, humaine et équitable de l’accueil en Belgique ? Ou au contraire poursuivra-t-elle la politique sécuritaire, répressive, xénophobe du gouvernement sortant ? Nous, citoyens avec et sans-papiers, avons notre mots à dire, pour une Europe radicalement différente, pour des frontières ouvertes, pour l’égalité des droits entre tous les êtres humains, ici et ailleurs, pour des relations Nord-Sud basées sur la justice et la coopération véritable.

VEGA soutient la Caravane européenne des migrants et réfugiés, et appelle tous les citoyens, avec et sans papiers, à l’accueillir et l’accompagner tout au long de son programme à Bruxelles. Pour toutes informations, participation ou soutien à la CARAVANE  – E-mail: migrants.refugees.caravan@gmail.com

 

Au même moment, et depuis plus de 6 jours, des migrants observent une grève de la faim, et, pour certains, de la soif, au centre fermé pour étrangers de Vottem. Ce sont pour la plupart des migrants d’origine pakistanaise, dont la vie serait mise en danger par une expulsion. Au Pakistan, de nombreux mouvements politiques et citoyens sont dans la ligne de mire des Talibans. Des Talibans dont certains viennent d’Afghanistan, qui commettent, comme il y a quelques jours à l’aéroport de Karachi, des attentats mortels très graves.

VEGA refuse la politique répressive et sécuritaire de la Belgique de l’ Etat belge en matière de demandes d’asile, dont 75% sont rejetées, ce qui amène l’Etat à expulser des demandeurs d’asile vers des pays en guerre, des dictatures, des régimes autoritaires confrontés à une insécurité croissante.

Parmi les grévistes de la faim, certains ont construit leur vie en Belgique depuis des années, ont leurs attaches ici, se retrouvent menacés d’expulsion alors qu’ils ont travaillé, suivi des formations, nourri des projets, fondé des foyers…

VEGA soutient les demandeurs d’asile et migrants en lutte, que ce soit à Vottem ou dans le cadre de la Caravane européenne.

VEGA demande :

  •  le démantèlement de l’agence Frontex ;
  • d’assurer la liberté de circulation par la suppression progressive des visas. Cela coupera l’herbe sous le pied des mafias de passeurs ;
  • la suppression des centres fermés ;
  • une régularisation périodique (tous les 5 ans)  indispensable sur le plan humanitaire et sur le plan économique. La clandestinité n’est bonne ni pour notre société, ni pour les travailleurs, alors que le dynamisme économique et culturel des migrants est prouvé ;
  • un système d’asile européen, appliquant une interprétation large des critères de reconnaissance de la qualité de réfugié (la Convention de Genève définit un plancher et non un plafond), notamment à l’égard des réfugiés climatiques.