Communiqués
image_pdfimage_print

Entre la solidarité contre le terrorisme et les pactes politico-commerciaux avec les puissances qui l’alimentent, le gouvernement va devoir choisir

 

Les attentats terroristes survenus le 13 novembre 2015 à Paris placent la France – mais aussi la Belgique – face à une menace connue, mais néanmoins nouvelle dans la période récente, du fait du caractère indifférencié de ses cibles et du grand nombre de ses victimes assassinées ou blessées.

VEGA s’incline devant ces victimes, parmi lesquelles on compte certainement des citoyens de confession musulmane – à Paris comme dans les autres pays où frappe Daech.

La réponse des gouvernements européens ne passe pas, pour VEGA, par des gadgets technologiques du type des alertes par SMS qui ont permis cette semaine à M. JAMBON, ministre de l’Intérieur, de se faire mousser à peu de frais, tout en instillant l’idée qu’au nom de la sécurité, des milliers de personnes puissent être géolocalisées en temps réel par le gouvernement.

Ce que les terroristes veulent, c’est notamment créer une fracture entre les citoyens de confession musulmane et les autres. Il faut réaffirmer les valeurs de démocratie et de laïcité et réserver la prévention, la lutte idéologique, voire la répression pénale aux zélateurs des lectures de l’islam ultra-minoritaires, qui prônent la haine et la violence au service d’un projet de société fasciste.

Sur France 2, M. Marc TREVIDIC, l’ancien juge anti-terroriste français, a souligné avec lucidité (et courage) que “les Américains aiment les fondamentalistes lorsqu’ils sont libéraux sur le plan économique et commercial”. L’aveuglement qu’ils feignent à l’égard des monarchies du Golfe propagatrices du salafisme cache en effet très mal une forme intégriste du libre-échange.

Sous le régime capitalo-productiviste, le profit financier de quelques-uns prime sur l’intérêt démocratique de la majorité, à l’échelle de notre planète comme à l’intérieur de nombreux Etats. C’est là le principal problème qui mine la démocratie et c’est notamment de sa persistance que les terroristes tirent leur capacité de nuisance croissante.

Les alliances commerciales (mais aussi, inévitablement, politiques) nouées avec des puissances nourricières du terrorisme sont souvent scellées au nom de l’intérêt pétrolier supérieur : l’intérêt général écologique passe aussi après celui de quelques grands groupes industriels actifs dans le secteur de l’énergie, même si leur activité est la cause principale du basculement climatique en cours.

Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à pactiser avec les protecteurs et promoteurs du terrorisme. Du pétrole de contrebande acheminé en quantités importantes en Europe par des réseaux opaques provient de puits contrôlés par Daech, qui en tire une importante source de financement. Se fondant notamment sur le site Irak Oil report, Mme Jana Hybaskova, ambassadrice de l’UE en Irak, a tenté de sonner l’alerte à ce sujet en septembre 2014. Les gouvernements européens et la Commission n’ont pourtant répondu que par des prises de positions relativisant ses déclarations et l’annonce d’une meilleure “coordination” entre eux en ce qui concerne leurs approvisionnements (1).

Face au drame de ce vendredi noir, Monsieur REYNDERS, ministre des Affaires étrangères, se souvient-il de ses courbettes lors de missions commerciales récentes en Arabie saoudite – en décembre 2012 (2) et, avec Monsieur MARCOURT, ministre wallon du Commerce extérieur en mars 2014 (3) ? Et Monsieur MICHEL, Premier ministre, se souvient-il d’avoir couvert la participation du roi aux funérailles du roi ABDALLAH de ce pays en janvier 2015 (4) ?

Pour VEGA, le terrorisme est effectivement un défi à la démocratie et aux valeurs humanistes, mais des incohérences politiques aussi graves et persistantes les fragilisent tragiquement aussi. 

 

(1) Mediapart, 24/9/2014, Du pétrole de l’Etat islamique acheté par des Européens ? Bruxelles sous pression (Ludovic LAMANT) (http://www.mediapart.fr/journal/international/260914/du-petrole-de-letat-islamique-achete-par-des-europeens-bruxelles-sous-pression)

(2) Site de M. Reynders, 18/12/2012, Rencontres officielles et visites – Riyadh – Arabie Saoudite (http://www.didierreynders.be/2012/12/18/rencontres-officielles-et-visites-riyadh-arabie-saoudite/)

(3) La libre, 16/3/2014, Reynders veut créer un réseau entre femmes d’entreprises d’Arabie et du Benelux (Belga) (http://www.lalibre.be/economie/actualite/reynders-veut-creer-un-reseau-entre-femmes-d-entreprises-d-arabie-et-du-benelux-5325d32b357058dcaadae770)

(4) 7 sur 7, 29/1/2015, Entre “Je suis Charlie” et “Je suis Abdallah”, il faut choisir (http://www.7sur7.be/7s7/fr/16662/Le-roi-abdique-Vive-le-roi/article/detail/2199205/2015/01/29/Entre-Je-suis-Charlie-et-Je-suis-Abdallah-il-faut-choisir.dhtml)