Déclaration d’Alexis Tsipras suite aux événements tragiques survenus hier en Méditerranée

image_pdfimage_print

La dernière tragédie humanitaire qui compte des centaines de victimes au large des côtes de Lampedusa nous remplit de tristesse et d’inquiétude. Aucun de nous ne peut rester impassible lorsque des centaines d’âmes se perdent dans la Méditerranée, dans leurs efforts pour échapper à la guerre et à la pauvreté.

L’Europe ne peut invoquer la valeur suprême de la vie humaine si elle ne se mobilise pas pour arrêter la tragédie en cours.
La Méditerranée doit cesser d’être une mer cimetière et les pays européens du sud de la Méditerranée doivent cesser d’être des zones de stockage des âmes humaines. La Méditerranée a été et doit redevenir le berceau de la civilisation, de la communication, du commerce et de l’humanité.
Je lance un appel pressant aux gouvernements des Etats membres de l’UE pour la  formulation  immédiate d’un plan cohérent pour faire face à la crise humanitaire à laquelle nous sommes confrontés.
Un plan en trois volets doit être mis en place qui comprendrait:
a) La mise à niveau des mécanismes de gestion de la migration et de recherche et de sauvetage en Méditerranée,
b) Le soutien des pays méditerranéens européens qui reçoivent un plus grand nombre de migrants et de réfugiés que leur capacité permet, avec une juste répartition de l’aide pour les charges financières et d’accueil,
c) Le développement d’initiatives diplomatiques de résolution pacifique des conflits en Syrie, en Irak et également en Libye  afin de lutter efficacement contre le djihadisme.
J’ai eu une conversation téléphonique avec le Premier ministre italien, M. Renzi, afin d’exprimer mes condoléances pour les victimes de ce tragique incident et mon soutien à sa proposition de convocation immédiate d’une réunion extraordinaire du Conseil européen sur la gestion de la question des migrations en Méditerranée.
En outre, je lui ai rappelé la proposition que j’avais présenté concernant l’organisation d’une Conférence des dirigeants des pays méditerranéens de l’UE qui permettrait aux pays les plus directement touchés par ce phénomène de mieux se coordonner et de porter cette question importante à l’avant-garde de la politique européenne.
Il n’y a pas de temps à perdre. Plus on attend, plus il y aura de morts.